Elles apprennent à soigner dans les camps de réfugiés

Elles apprennent à soigner dans les camps de réfugiés

Depuis 2014, Elise Boghossian, acupunctrice parisienne, se rend régulièrement dans les provinces d’Erbil et de Duhok, situées dans la région autonome du Kurdistan irakien.

Elle y prodigue ses soins aux populations réfugiées.

Sur les routes de l’exil, dans les déserts de Syrie et d’Irak, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont fui la guerre et les atrocités commises par l’Etat islamique, avant de trouver refuge dans cette zone pacifiée.

Sur place, les camps officiels des Nations unies étant saturés, les réfugiés s’installent dans des endroits insalubres et dangereux.

Ils n’ont pas accès aux structures d’aide mises en place par la communauté internationale comme les tentes, les tickets de rationnement ou les soins médicaux…

C’est auprès d’eux qu’Elise Boghossian a décidé d’intervenir avec son association, Elise Care.

Au départ, pour rapprocher les réfugiés des centres médicaux, Elise Care a créé deux dispensaires mobiles et a ainsi assuré des consultations auprès des familles et a permis un suivi psychologique des patients traumatisés.

Depuis 2016, avec le soutien de la Fondation ELLE, Elise Care forme aux métiers de la santé des femmes réfugiées, syriennes et irakiennes, âgées de 23 à 45 ans, ayant étudié pour la plupart à l’université de Mossoul (Irak) ou de Kobané (Syrie).

En mettant en place des formations médicales à destination des personnes réfugiées, l’association encourage la réinsertion des populations exilées, mais répond aussi au besoin de ses dispensaires de recruter des équipes qui connaissent la langue, le terrain, la culture locale et la situation psychologique de leurs patients.

La Fondation ELLE est fière de soutenir l’action de cette association qui a déjà soigné près de 70 000 personnes dans près de 30 sites.

 

Plus d'infos sur Elise Care 

donner

Retour