Témoignages

 

La Fondation ELLE mobilise régulièrement tout son réseau pour répondre aux différents besoins de ses associations : bénévoles, compétences techniques, recherche de visibilité, collecte de fonds…

Ainsi, les collaborateurs du groupe Lagardère Active, tout comme les partenaires entreprises et fondations sont invités à s’impliquer dans nos projets.

 

Caty Forget 

Déléguée Générale de la Fondation Sanofi Espoir

Le champ de la solidarité est riche de sens et de belles rencontres. Nous avons la chance d’accompagner des porteurs de projets innovants, qui osent prendre des risques. Nous pouvons nouer, au fil des années, des relations solides de partenariat avec des acteurs de terrain et des organisations avec lesquelles nous partageons la même envie de faire bouger les lignes.

 

Ensemble, nous pouvons accompagner ceux qui en ont le plus besoin, car c’est une responsabilité partagée entre états et société civile. Ces convictions fortement chevillées et cet esprit d’avancer en équipe, en mettant l’humain au centre, c’est ce qui m’a le plus frappée lorsque j’ai rencontré pour la première fois l’équipe de la Fondation ELLE. La passion de Karine Guldemann pour défendre haut et fort les causes qui lui tiennent à cœur, sa complicité avec Chloé Freoa pour porter un peu plus loin les projets de toutes ces femmes d’ici et de là-bas, nous ont naturellement rapprochées.

Les synergies nous ont paru évidentes, tant l’éducation, la formation et l’accès à la santé sont des piliers indispensables du développement. L’exemple qui me vient à l’esprit illustre cette conviction partagée entre nos deux Fondations que, pour être plus efficaces, les actions de terrain doivent être relayées par des campagnes de plaidoyer.

Ainsi, en 2011, nous avons décidé avec la Fondation ELLE, de nous mobiliser aux côtés de notre partenaire l’AMREF, l’une des premières ONG de santé en Afrique, avec laquelle la Fondation ELLE était engagée au Sud-Soudan et nous en Ouganda pour former des sages-femmes.

La Fondation Sanofi Espoir, dont la mission est de contribuer à réduire les inégalités en santé « au bout de la rue, comme au bout de la piste », a fait de la formation des sages-femmes l’une de ses priorités. Avec la Fondation ELLE, et tous les autres acteurs engagés dans la réduction des inégalités, nous continuerons à privilégier le partage d’expériences, convaincus que l’intelligence et l’action collectives sont des accélérateurs de changement pour améliorer l’accès aux droits essentiels des femmes que sont l’éducation, la formation et la santé.

 

Véronique Vatinos

Journaliste au magazine ELLE et membre du jury ELLE Solidarité Mode

M’engager auprès de Karine et Chloé a été une évidence. En effet, comment refuser de collaborer à cette formidable « machine » qui n’a qu’un seul but :  aider !

C’est une vraie satisfaction chaque année de savoir que trois jeunes filles pourront grâce aux écoles et à la Fondation ELLE, aller à la rencontre de leur rêve ! Et puis, cela permet aussi parfois par un stage, un conseil, une connexion… de donner aussi un coup de pouce à celles qui n’ont peut- être pas eu la chance de faire partie du trio gagnant, mais que nous jugeons suffisamment battantes, déterminées et courageuses pour ne pas les laisser tomber : « le coup de fil à un ami » peut parfois changer une vie !

Évidemment, l’idéal serait qu’un jour, plus personne n’ait besoin de la Fondation, mais ça,  c’est l’idéal… Alors, restons plus raisonnable et souhaitons déjà que nous puissions dans les années à venir, passer de trois étudiantes à 4, puis 5, puis 6…

 

 

Elena Hoyer

Rédactrice en chef du magazine Odette, soutenue par la Fondation ELLE depuis 2012

Au départ, le pari d’une dizaine d’ardéchoises en recherche d’emploi de créer un magazine pour les femmes rurales, pour se reconstruire et sortir de l’isolement, en travaillant par un prisme positif. Très vite, l’envie de rencontrer des professionnels, des journalistes qui pourraient nous donner des pistes pour acquérir de nouvelles compétences. Mais un seul magazine nous inspire cette envie de découverte, par son regard qui mélange sujets graves, droit des femmes et sujets plus légers. Alors, nous osons... Et voici notre dossier pour la Fondation ELLE parti. Nous avons posé notre rêve de double soutien, à la fois financier et d’échange amical, un vrai parrainage en sommes, entre les Odettes de Lamastre et les journalistes de ELLE.

Quelques jours plus tard, je reçois un coup de téléphone de Karine Guldermann, pour me dire que la Fondation ELLE est intriguée par notre projet et nous propose un rendez-vous à Paris pour en discuter.

Un premier voyage entré dans l’histoire de la Fondation et dans nos coeurs : nous avions rendez-vous pour deux heures, nous sommes restées deux jours !!! Grâce à l’accueil chaleureux de Karine et Chloé, nous avons eu la chance de passer des heures dans les couloirs de ELLE et de Paris Match, bénéficiant d’un premier échange de conseils qui nous sont précieux dans l’évolution du magazine. Nous revenons enthousiastes de ce périple parisien et n’avons plus qu’une envie : que toutes les filles de l’équipe puissent partager avec nous ces moments inoubliables..

La réponse de la Fondation arrive un peu plus tard, positive ! Grâce à l’aide octroyée, nous pouvons continuer à travailler sereinement sur le second numéro d’Odette. Notre groupe d’Odettes s’étoffe, certaines filles retrouvent du travail, nos articles deviennent plus construits, nos projets se concrétisent, et nous travaillons sur l’autonomisation de notre aventure, par le biais d’abonnements de soutien et d’encarts publicitaires. En novembre 2012, nous avons la joie de pouvoir embaucher Patricia pour l’aspect commercial. Durant ces mois, nous restons, Hélène et moi, en contact régulier avec Chloé, pour un vrai suivi de nos avancées et questionnements, mais aussi pour préparer le temps fort de l’hiver suivant : notre voyage collectif au magazine ELLE.

Une journée entière pour les Odettes, dans l’immeuble qui abrite tant de titres de presse... en présence de nombreux collaborateurs de Lagardère Active, qui ont accepté de venir partager avec nous leur travail et leurs conseils. C’est une vraie journée de travail qui nous attend, mais aussi une séance photo pour avoir une image à joindre à nos CVs.

Enfin, le jour J est arrivé. Nous sommes 12 à monter dans le train, très tôt ce matin du mercredi 27 février. L’une a quitté Paris il y a une dizaine d’années, d’autres n’y sont jamais allées... Le voyage en train est déjà une aventure, ponctuée d’éclats de rire et de souvenirs impérissables : aucune d’entre nous n’oubliera jamais l’anecdote de Bernadette, que nous avons crue perdue dans les sous-sols du métro !

La journée se déroulera comme un rêve, aussi dense et riche que nous avions pu l’imaginer. Moments de partage, discussions à bâtons rompus, repas délicieux, compliments et conseils pour tous les aspects du magazine. Nous en avons la tête qui tourne ! Isabelle offre la mosaïque qu’elle a réalisé en cadeau, un ELLE et un Odette & Co entrelacés...

Depuis, nous essayons de mettre en pratique ce que nous avons retenu, et nous restons toujours aussi motivées pour faire entendre la voix des femmes rurales et pour parler de notre beau territoire. Nous avons eu la chance de bénéficier d’un prolongement d’accompagnement de la part de la Fondation, et nous préparons un nouveau projet : cette fois-ci, ce sont nos amis parisiens qui viendront découvrir notre vie ici !